Comment les croisières gèrent-elles la protection de l’environnement ?

3 décembre 2023

Ah la croisière, ce mode de tourisme de plus en plus populaire, permettant de découvrir plusieurs destinations tout en profitant de l’hospitalité luxueuse des navires. Mais cette forme de voyage soulève également des questions importantes, notamment sur son impact sur l’environnement. Comment les croisières gèrent-elles la protection de l’environnement ? C’est ce que nous allons détailler dans cet article.

Les déchets à bord des navires

Pour chaque croisière qui met les voiles, une question cruciale se pose : que faire des déchets générés à bord ? En effet, avec des milliers de passagers consommant tous les jours, les navires de croisière produisent une quantité énorme de déchets.

A lire en complément : Quels sont les avantages d’une croisière en petit groupe ?

Alors, comment les compagnies de croisière gèrent-elles ces déchets ? La plupart d’entre elles ont adopté des programmes de tri sélectif et de recyclage. Les déchets sont triés en différentes catégories : matières organiques, verre, plastique, papier, etc. Certains de ces déchets sont recyclés à bord, tandis que d’autres sont débarqués dans les ports pour être recyclés.

Les émissions de gaz à effets de serre

Un autre problème environnemental lié aux croisières est celui des émissions de gaz à effet de serre. En effet, les navires de croisière fonctionnent généralement au fuel lourd, un carburant qui émet beaucoup de dioxyde de carbone.

A lire également : Peut-on apprendre à cuisiner à bord d’une croisière ?

Face à ce problème, certaines compagnies de croisière ont commencé à investir dans des technologies plus respectueuses de l’environnement. Par exemple, la compagnie française Ponant envisage de lancer des navires propulsés à l’hydrogène. D’autres compagnies, comme MSC Croisières, ont commencé à utiliser du gaz naturel liquéfié, un carburant qui émet moins de CO2 que le fuel lourd.

Le traitement des eaux usées

Lorsqu’on parle de pollution des eaux par les navires de croisière, on pense souvent aux déchets solides jetés en mer. Mais un autre problème est celui des eaux usées, produites par les douches, les lavabos, les cuisines et les toilettes des navires.

Pour répondre à ce défi, de nombreuses compagnies de croisières ont installé des systèmes de traitement des eaux usées à bord de leurs navires. Ces systèmes traitent les eaux usées pour enlever les contaminants avant de les rejeter en mer, contribuant ainsi à réduire la pollution de l’eau.

L’impact des escales sur l’environnement local

En plus de ces enjeux globaux, les croisières ont aussi un impact sur l’environnement local des destinations qu’elles visitent. Ces impacts peuvent aller de la pollution de l’air et de l’eau à la perturbation des écosystèmes locaux.

Pour minimiser cet impact, certaines compagnies de croisière ont commencé à mettre en place des escales plus durables. Par exemple, elles peuvent choisir des destinations moins visitées pour éviter la sur-tourisme, ou travailler avec les communautés locales pour minimiser l’impact des visites.

Les bateaux de croisières, des acteurs engagés ?

Si les croisières ont un impact indéniable sur l’environnement, il est également vrai que l’industrie du tourisme de croisière a fait des efforts importants pour réduire cet impact. Des compagnies comme Ponant ont fait de la protection de l’environnement une priorité stratégique.

D’autres initiatives, comme la certification "Green Marine" pour les ports et les navires, encouragent l’industrie à adopter des pratiques plus respectueuses de l’environnement. À Marseille, par exemple, le port a mis en place un système pour fournir de l’électricité aux navires à quai, ce qui permet de réduire leurs émissions.

Toutefois, il reste encore beaucoup à faire pour faire des croisières un mode de tourisme réellement durable. Et c’est à nous, en tant que consommateurs, de pousser l’industrie dans cette direction, en choisissant de voyager avec des compagnies qui prennent au sérieux leur responsabilité environnementale.

Le rôle des eaux de ballast dans la protection de l’environnement

Une autre préoccupation environnementale liée aux croisières concerne les eaux de ballast. Les navires de croisière, comme tous les grands navires, utilisent de grandes quantités d’eau de ballast pour stabiliser le navire. Lorsqu’ils pompent cette eau à un endroit et la déchargent à un autre, ils peuvent involontairement transporter des espèces aquatiques non indigènes qui peuvent perturber les écosystèmes locaux.

En réponse à ce problème, les compagnies de croisière ont commencé à mettre en œuvre des systèmes de gestion des eaux de ballast. Ces systèmes traitent l’eau de ballast à bord du navire pour éliminer les organismes vivants avant qu’elle ne soit déchargée. C’est le cas, par exemple, du Commandant Charcot, un navire de la compagnie Ponant, qui dispose d’un système de traitement des eaux de ballast de haute technologie.

La gestion des eaux de ballast est également encadrée par des réglementations internationales strictes, qui obligent les navires à gérer leurs eaux de ballast d’une manière qui minimise l’impact sur l’environnement. C’est un aspect essentiel de la protection de l’environnement par l’industrie de la croisière.

Les études et recherches pour un développement durable dans l’industrie des croisières

La compréhension de l’impact environnemental des croisières et la recherche de solutions pour minimiser cet impact est un domaine d’étude actif. Des chercheurs spécialisés dans les études caribéennes et ailleurs dans le monde travaillent sur divers aspects de l’impact environnemental des croisières, allant de la pollution de l’air et de l’eau à l’impact sur les écosystèmes locaux.

De plus, les compagnies de croisière elles-mêmes investissent dans la recherche et le développement de nouvelles technologies pour rendre leurs opérations plus respectueuses de l’environnement. Par exemple, MSC Croisières a investi dans la recherche sur l’utilisation du gaz naturel liquéfié comme carburant pour les navires de croisière, une option qui a un impact environnemental beaucoup moins important que le fuel lourd traditionnellement utilisé.

L’industrie des croisières travaille également avec des organisations environnementales et des universités pour développer des initiatives de développement durable. Par exemple, certaines compagnies de croisière participent à des programmes de recherche sur les impacts environnementaux des croisières et travaillent à la mise en œuvre de pratiques de gestion plus durables.

Conclusion

L’industrie des croisières a manifestement un impact sur l’environnement. Cependant, il est également clair que cette industrie fait de sérieux efforts pour minimiser cet impact. Que ce soit par la gestion des déchets à bord, l’utilisation de carburants alternatifs, le traitement des eaux usées, l’attention portée aux escales plus durables ou la gestion des eaux de ballast, les compagnies de croisière cherchent constamment à améliorer leurs pratiques environnementales.

En fin de compte, le succès de ces efforts dépendra en grande partie de nous, les consommateurs. En choisissant de voyager avec des compagnies qui prennent au sérieux la protection de l’environnement, nous pouvons encourager l’ensemble de l’industrie à faire de même.

Le port de Marseille Provence, en fournissant de l’électricité aux navires à quai pour réduire leurs émissions, est un exemple de la manière dont les ports peuvent également contribuer à ces efforts. En soutenant ces initiatives et en promouvant des pratiques durables, nous pouvons tous jouer un rôle dans la transformation de l’industrie des croisières en une véritable force de développement durable.